POURQUOI CRÉER LE DEMI-ECHANGEUR DE VIENNE SUD ?

L’agglomération viennoise est traversée du nord au sud par l’autoroute A7 et la route nationale 7, deux axes majeurs qui sont fréquentés par un trafic de transit important et qui assurent également des fonctions d’échanges au sein de l’agglomération.

Sur une trentaine de kilomètres, l’autoroute A7 comprend 5 points d’échanges avec le territoire :

  • le demi-échangeur de Vienne Nord (n°9) et le demi-échangeur de Condrieu (n°10) qui permettent de rejoindre l’autoroute A7 en direction de Lyon ou de sortir de l’autoroute en direction du sud,
  • le demi-échangeur de Vienne Sud (n°11) qui permet de rejoindre l’autoroute en direction de Valence ou de sortir de l’autoroute en direction du nord,
  • le quart d’échangeur d’Auberives qui permet d’entrer sur l’A7 en direction du sud,
  • l’échangeur de Chanas.

Le péage de Reventin-Vaugris, situé sur les voies de l’autoroute, n’assure pas d’échanges avec le territoire.
Ainsi, les automobilistes qui résident dans les communes du sud de l’agglomération viennoise et du nord du pays roussillonnais et qui souhaitent rejoindre la métropole lyonnaise, sont contraints de traverser la ville de Vienne pour rejoindre l’autoroute A7 par les échangeurs situés au nord ou emprunter la rive droite du Rhône.

Historiquement traversée par la route nationale 7 qui longe le Rhône en son cœur urbain, la ville de Vienne doit ainsi subir un trafic automobile significatif, notamment aux heures de pointe du matin et du soir.

Ce fort trafic de transit entraîne de nombreuses problématiques comme :

  • l’insécurité des piétons, cyclistes et automobilistes,
  • la congestion des principaux axes de la ville aux heures de pointe,
  • l’augmentation des nuisances sonores et la dégradation de la qualité de l’air,
  • des congestions au niveau de la rive droite du Rhône,
  • des difficultés sur la route nationale 7 (montée des Grands Pavés).

Les études relatives à la création du demi-échangeur de Vienne Sud, ont permis d’analyser le fonctionnement global des circulations routières dans l’agglomération viennoise et d’identifier les secteurs les plus saturés.

  L’ACCÈS À L’ÉCHANGEUR DE CONDRIEU (N°10)

L’accès à l’échangeur de Condrieu, dit « échangeur d’Ampuis » par les automobilistes, est quotidiennement saturé et d’importantes remontées de files sont constatées, notamment sur la route départementale 386 au niveau de Vérenay sur la commune d’Ampuis.
Les plus fortes perturbations sont enregistrées aux heures de pointe du matin.

  LA PLACE SAINT-LOUIS

Au cœur de Vienne, la place Saint-Louis enregistre des difficultés de circulation importantes, principalement aux heures de pointe du soir. La configuration complexe du carrefour, conjuguée à la présence de nombreux piétons et de bus, entraîne de longues remontées de files sur le pont Delattre de Tassigny, les boulevards du Rhône et Georges Pompidou.

  LE PONT BARRAGE DE VAUGRIS

Voie d’accès à l’autoroute A7 via l’échangeur de Condrieu et permettant de rejoindre les pôles d’emplois lyonnais et viennois, le pont barrage de Vaugris assure une grande partie des échanges inter-rives. Les principales difficultés de circulation sont enregistrées aux heures de pointe du soir ; elles entraînent la saturation du pont barrage.

  LE CROISEMENT ENTRE LE BOULEVARD GEORGES POMPIDOU ET LE COURS BRILLIER

Tout comme la place Saint-Louis, ce secteur du centre-ville est l’un des plus chargés, principalement aux heures de pointe du matin. De fortes congestions sont constatées en amont du croisement.

 

Face aux dysfonctionnements des circulations routières dans l’agglomération viennoise et aux conséquences grandissantes de ce trafic de transit, la Communauté d’Agglomération a identifié la réorganisation des circulations motorisées comme l’un des objectifs prioritaires de son Plan de Déplacements Urbains 2012-2017 (PDU).

En 2010, les collectivités locales ont demandé à l’État d’engager une étude d’opportunité pour la création d’un demi-échangeur situé entre le demi-échangeur de Vienne Sud et le quart d’échangeur d’Auberives existants, ce nouvel aménagement permettant de proposer un accès direct à l’autoroute A7 aux automobilistes en provenance du sud et souhaitant rejoindre le nord de l’agglomération viennoise et les portes de Lyon.

À l’issue de cette étude, par courrier du 13 mai 2015, l’État a confirmé l’opportunité de ce projet et a mandaté VINCI Autoroutes pour mener les études complémentaires jusqu’à la Déclaration d’Utilité Publique.

Les objectifs du demi-échangeur de Vienne Sud sont multiples. L’aménagement permettra de créer au sud de Vienne un accès direct à l’autoroute A7 en direction de Lyon. Ainsi, il contribuera à améliorer :

  • la desserte du territoire de l’agglomération viennoise et du pays roussillonnais ;
  • les conditions de déplacement et de sécurité dans les traversées de la ville de Vienne et de Vérenay sur la commune d’Ampuis.

 

AMÉLIORER LA DESSERTE DU TERRITOIRE

Sous l’influence du développement de la métropole lyonnaise, les communes des intercommunalités du sud de l’agglomération viennoise et du nord du pays roussillonnais (Chonas-l’Amballan, Les Côtes-d’Arey, Péage-en-Roussillon, Reventin-Vaugris, Roussillon…), enregistrent un taux de croissance de la population d’environ 2 % par an. Cette montée en puissance de la démographie entraîne l’éloignement des lieux de résidence des pôles d’emplois et pour les collectivités locales, la nécessité d’organiser le territoire en créant de nouveaux équipements structurants.

La création du demi-échangeur de Vienne Sud va améliorer la desserte du territoire et accompagner ainsi les projets prévus dans les documents d’urbanisme (SCoT, PLU…).

 

AMÉLIORER LA FLUIDITÉ ET RENFORCER LA SÉCURITÉ

Les études menées préalablement à la concertation publique mettent en évidence que la création du demi-échangeur de Vienne Sud va engendrer le report, depuis le réseau local, de nombreux automobilistes sur l’autoroute A7.

Ainsi, les conditions de circulation seront nettement améliorées sur les secteurs de l’agglomération les plus encombrés.

Cette amélioration de la fluidité aura pour conséquence de renforcer la sécurité des automobilistes mais également des nombreux piétons et cyclistes dans les traversées urbaines.

La création du demi-échangeur de Vienne Sud va permettre d’améliorer les conditions de déplacement et de sécurité dans la traversée de Vienne et de Vérenay sur la commune d’Ampuis.

 

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT DE LA COMODALITÉ

Le projet prévoit la création d’un parking de covoiturage à proximité immédiate du futur demi-échangeur de Vienne Sud. Comprenant une centaine de places de parking, il contribuera au développement des nouvelles pratiques de mobilité encouragées par les collectivités locales.